lundi 12 juin 2017

Snake Pass (Steam) Sumo Digital

Je ne m'attendais pas à voir un jeu comme "Snake Pass" sortir en 2017 : voilà un jeu dont le concept repose entièrement sur une maniabilité atypique et déroutante, et au lieu d'être réalisé comme la plupart des jeux expérimentaux dans un style peu coûteux, à savoir typiquement rétro, minimaliste ou alternatif, le jeu en question bénéficie d'une réalisation somptueuse qui réactualise l'esprit des "mascot platformers" de la Nintendo 64 et de la première PlayStation.


Quand on survole les médias ou le contenu promotionnel dédiés à "Snake Pass", tout y fait aussitôt penser à Rare en général et à "Banjo-Kazooie" en particulier : le héros "Noodle" qui est un serpent bariolé aux grands yeux expressifs et aux mimiques "cartoon", son petit comparse le colibri "Doodle" qui fait des remarques pendant le jeu et peut aider Noodle en soulevant sa queue, le style graphique coloré à la Mordillo, les grands environnements que l'on est libre d'explorer comme bon nous chante, les multiples objets que l'on peut ramasser dans chaque niveau (vingt "feux follets", cinq "pièces du gardien" et trois "pierres-clefs", seule la collecte de ces dernières étant obligatoire), l'alibi naïf (un mystérieux antagoniste éparpille les pierres-clefs, mettant ainsi en danger l'existence des îles suspendues où vivent Noodle et Doodle), et pour couronner le tout, la bande-son signée David Wise, le compositeur attitré de la série des "Donkey Kong Country"...

On comprend qu'à sa sortie, "Snake Pass" ait souvent été mis dans le même sac que "Yooka-Laylee". Et pourtant...

La formule des "mascot platformers" de la fin des années 1990 et du début des années 2000 est connue : en plus des points déjà évoqués, elle est caractérisée par une action nerveuse, de nombreux ennemis plus ou moins excentriques, des personnages non joueurs qui nous confient des quêtes, des combats de boss, une action et des environnements très variés parfois même ponctués par des mini-jeux, et un gameplay qui se renouvelle constamment avec une palette de mouvements s'étoffant petit à petit.

Or, rien de tout cela ne se retrouve dans "Snake Pass" : son action est lente et méthodique, ses décors n'hébergent ni ennemi ni aucun autre personnage, ses quatre mondes (composés chacun de quatre îles sauf le dernier monde qui n'en a que trois) sont visuellement très proches et leurs mécaniques se compliquent plus qu'elles ne se renouvellent, et les capacités de Noodle restent les mêmes tout le long du jeu. En fait, malgré son importante dimension d'exploration, on pourrait dire que "Snake Pass" est bien plus proche de "Super Monkey Ball" que de "Super Mario 64", et c'est précisément ce qui en fait un jeu aussi intéressant.


La clef de "Snake Pass" réside dans son protagoniste principal : tout le concept est de diriger Noodle comme un véritable serpent. Pour y arriver, il faut accepter et domestiquer la maniabilité et les contrôles proposés par les auteurs du jeu, comprendre comment ils permettent d'émuler le mode de déplacement d'un serpent, et petit à petit se glisser dans la peau écailleuse du héros :
  • La tête : on la dirige avec le stick gauche, simplement en la conduisant où on veut qu'elle aille, en s'aidant du bouton 'A' pour le faire tridimensionnellement - si on appuie sur le bouton, Noodle tend le "cou" vers le haut, et si on le relâche, la gravité fait redescendre la tête de Noodle sur le sol ou dans le vide si on est suspendu.
    Il est ici vital de comprendre qu'on ne dirige que la tête avec le stick : au repos, le reste du corps est considéré comme un poids mort auquel la tête est simplement rattachée.
  • Le mouvement vers l'avant : en pressant la gâchette droite, le corps de Noodle essaie de se mouvoir dans la direction de la tête, avec une vitesse proportionnelle à la friction et aux points d'appui dont il dispose.
    On comprend bien la mécanique en manipulant Noodle au sol : si on positionne son corps strictement longitudinalement, il avancera très lentement en pressant la gâchette (normalement, il ne devrait même pas être capable d'avancer du tout, mais les développeurs ont un peu triché pour rendre le jeu plus facile). Mais si on oscille la tête à gauche et à droite tout en avançant, dessinant ainsi des courbes, le corps de Noodle disposera de plus de force de levier, et il ira donc bien plus vite malgré ses détours (cette technique étant évidemment vitale dans le mode spécial contre la montre).
  • La contraction : si on suspend Noodle en le lovant autour d'une poutre, puis que l'on pose la manette de jeu, son corps relâchera son emprise petit à petit et il finira par tomber. Pour éviter cela, Noodle doit contracter son corps à la façon d'un boa, ce qui s'effectue tout simplement en pressant la gâchette gauche.
  • Le coup de pouce de Doodle : en appuyant sur 'Y', Doodle ira soulever la queue de Noodle, ce qui est typiquement utile quand Noodle atterrit sur une plateforme la tête la première mais que le reste de son corps pendouille dans le vide.
Ces quatre mécaniques de base sont les seules exploitées en cours de jeu, seuls l'usage et le contexte évoluant avec les niveaux.


Dans les faits, le gameplay est un mélange de jeu de plateformes axé autour de la physique, comme "Super Monkey Ball" tournait autour de la gravité et de l'inertie, et de jeu d'escalade, qui est un genre à ma connaissance à peu près inexistant dans le jeu vidéo.

C'est d'ailleurs une des raisons majeures qui me font adorer "Snake Pass" : aucun jeu ne m'a autant donné cette impression d'être physiquement suspendu au-dessus du vide, devant constamment bien assurer mes points d'appui et choisir minutieusement où et quand il convient de lâcher prise pour progresser, à privilégier la réflexion et la méthode sans céder à la panique ni au vertige, mais restant toujours alerte, capable d'adresse si nécessaire pour (parfois littéralement) se rattraper aux branches en cas de chute. La gravité ne m'a jamais paru aussi concrète dans un jeu vidéo.

En pratique, grimper s'effectue souvent ainsi : on s'élance pour attraper sa première prise, on y enroule immédiatement sa tête tout en avançant (avec, donc, le corps qui suit la tête), on se contracte pour rester en place le temps de planifier le mouvement suivant, on alterne alors avancées et contractions afin d'obtenir le mou nécessaire, on pose la tête sur un nouvel appui, on s'y enroule, etc.

Naturellement, cette démarche prudente n'est pas toujours possible : certaines prises sont très éloignées ou mobiles, et il faut alors prendre plus de risques au fur et à mesure que le jeu, au fil des niveaux, multiplie les tourniquets et autres zones de bourrasques, sans parler bien sûr du mode contre la montre qui invite à bouleverser ses habitudes et à prendre des raccourcis parfois baroques.

Quoi qu'il en soit, il ne faut pas s'inquiéter si tout cela paraît extraordinairement difficile au début du jeu : moi-même, mes premières minutes ont été catastrophiques, avec des glissades constantes au bas des divers échafaudages et des erreurs de direction quand il fallait s'enrouler autour d'un obstacle. Mais très vite, j'ai pris mes marques et la "voie du serpent" est devenue ma seconde nature.


Pour le reste, en dehors de ses fondamentaux ludiques, l'action de "Snake Pass" repose beaucoup sur l'exploration, ce qui pour le coup justifie ses allures de "mascot platformer" et le distingue nettement de "Super Monkey Ball".

Les îles de "Snake Pass" sont en effet de véritables petits mondes ouverts, en dehors de la quinzième et toute dernière île qui suit un chemin linéaire et illustre la règle du level design en étant son exception : si le joueur voulant s'en tenir à une route principale menant aux pierres-clefs ne se perdra jamais ici grâce à une structure générale très lisible (d'autant que les pierres-clefs se voient de très loin), le joueur préférant ignorer les chemins battus, flâner ici et là, jeter des coups d'œil soupçonneux derrière les murs et les talus, inspecter chaque falaise et chaque crevasse, contempler les zones surplombantes en se demandant comment s'y rendre, plonger au fond des points d'eau pour en visiter les anfractuosités (Noodle nage très bien), et s'arrêter devant la moindre structure d'escalade pour y grimper compulsivement comme un gamin lâché dans une aire de jeu - ce joueur-là sera dans les îles sacrées de Haven Tor comme un poisson dans l'eau.

Bref, "Snake Pass" maîtrise parfaitement l'art de jouer avec la curiosité du joueur, lui proposant un chemin clair mais l'incitant à s'en écarter grâce à une myriade de distractions toutes plus tentantes les unes que les autres. Sur ce point, les objets à collecter sont gérés de façon remarquable, avec des feux follets bleutés récompensant les petites prises de risques et l'exploration ordinaire, et des pièces du gardien bien plus retorses, très bien dissimulées ou dont la collecte se révélera périlleuse : chacun des éléments est associé à un défi stimulant, leur répartition et leur nombre sont idéalement réglés, et les ramasser n'est jamais laborieux.
Cette découverte de l'environnement et l'appréhension du level design qui va avec se pimente quelquefois de divers mécanismes : des interrupteurs à basculer ou des poulies à faire tourner qui modifieront le décor et ouvriront certains passages ; mais il s'agit là d'un enrichissement accessoire des fondamentaux du jeu (escalade et exploration) plutôt que de véritables puzzles.


Bien sûr, fouiller les coins et les recoins de "Snake Pass" est d'autant plus plaisant que le jeu est, comme on l'a dit en introduction, visuellement somptueux, magnifique au point d'évoquer par moments un film d'animation plutôt qu'un jeu vidéo, avec un équilibre parfait entre le réalisme et la stylisation "cartoon". Les expressions de Noodle, en particulier, sont très réussies, grimaçant, souriant, criant, dormant ou suivant Doodle des yeux en fonction du contexte. En fait, le jeu est tellement beau qu'il est un des rares où je me suis amusé à prendre des captures d'écran au cours de mes parties, comme un randonneur qui s'arrête soudain pour immortaliser un paysage singulièrement saisissant - on peut d'ailleurs voir dans cet article un échantillon de mes captures d'écran.

Après, on pourra toujours trouver des défauts à "Snake Pass" : l'action y reste similaire du début à la fin ; il n'aura pas grand intérêt si on n'adhère pas à son concept ou à sa maniabilité ; comme on l'a déjà dit, ses différents mondes se ressemblent esthétiquement beaucoup, et les niveaux au sein d'un même monde sont graphiquement interchangeables ; les checkpoints peuvent sembler trop espacés lors de certains passages difficiles ; il peut être frustrant de chercher les tous derniers objets à collecter dans un niveau ; si on veut tout ramasser, les parties peuvent être très longues et on ne peut pas quitter en sauvegardant à partir d'un checkpoint ; le jeu dans son ensemble peut éventuellement paraître trop court...

Pour ma part, il me semble cependant que ces "défauts" ne sont que des conséquences directes de la pureté ludique du jeu, que je considère elle-même comme une très grande qualité, ou alors il s'agit là de contrariétés mineures pouvant être facilement évitées : on peut toujours revenir en arrière pour revalider un checkpoint déjà croisé et ainsi sauvegarder les éléments collectés ; si un objet reste désespérément introuvable, on peut au pire battre le jeu une première fois et débloquer une "vision du serpent" qui aidera à dénicher les éléments récalcitrants en les affichant en surbrillance à travers les murs ; et enfin, autant tout collecter dans un niveau peut être long, autant simplement ramasser les trois pierres-clefs puis rejoindre la sortie peut se faire littéralement en moins de dix minutes (c'est précisément l'objet du mode contre la montre), on peut donc sans problème et sans trop de redite réaliser sa collecte complète en plusieurs parties courtes plutôt qu'en une seule partie (trop) longue.


Quant à la durée de vie de "Snake Pass", j'ai personnellement mis une vingtaine d'heures pour parcourir tous ses niveaux et tout y ramasser, remporter tous ses "succès" ou "achievements", battre tous les temps suggérés dans le mode contre la montre, puis m'y hisser parmi les meilleurs temps en ligne (j'ai eu la satisfaction de me classer plusieurs fois dans les quinze premiers mondiaux sur Steam, même s'il est possible que j'aie été aidé par un faible nombre de participants) - je trouve cela très honorable.

On l'aura compris, "Snake Pass" est pour moi un bijou vidéoludique, non seulement parce que c'est un excellent jeu, mais d'abord parce qu'il tente courageusement quelque chose d'absolument unique sans pour autant restreindre l'ambition de sa présentation, dans une prise de risque financière que j'espère payante. Son concept original est également spectaculairement maîtrisé, tant dans les contrôles du jeu, déroutants au début mais extrêmement bien pensés et devenant petit à petit étonnamment naturels et intuitifs, que dans le défi proposé, qu'il s'agisse de la collecte de tous ses objets à la façon d'un "mascot platformer" ou de son mode contre la montre rappelant les sensations de "Super Monkey Ball".

Bravo aux Anglais de Sumo Digital, qui je l'espère auront grâce à ce jeu gagné en renommée et en indépendance !

Aucun commentaire

(Toute première page) Article plus ancien Accueil